Lors de sa visite, Bachrouri s’est rendu dans un orphelinat et a découvert qu’une grande partie des enfants placés dans ce centre ne sont pas des orphelins, mais plutôt des enfants en situation d’extrême pauvreté ou conçus hors mariage, écrit-il dans sa chronique bimensuelle dans Knack.

À lire : Un MRE parcourt 1500 kilomètres à pied pour les orphelins

Le directeur de l’orphelinat confie qu’il reçoit régulièrement des couples belges à la recherche d’un enfant à adopter. « Ils arrivent ici, observent les enfants et expriment leurs préférences. Ils choisissent généralement des enfants blonds, de préférence minces avec des cheveux longs, des yeux bleus, des dents droites… Ils préfèrent les filles, car elles peuvent servir de domestique plus tard. Ici, les enfants sont triés sur comme des moutons, comme lors de la fête de l’Aïd. Là aussi, la loi d’airain s’applique : plus le manteau est blanc, plus l’intérêt est grand. », explique-t-il.

À lire : Mbappé et Hakimi aux côtés des orphelins à Marrakech

Bachrouri a noté que les enfants, comme n’importe quel enfant de leur âge, ont un esprit ouvert et veulent pouvoir rire et jouer, malgré les dures exigences des enseignants ou des parents adoptifs. Pour être adoptés en Europe, ces enfants doivent être parfaits et multilingues. C’est pourquoi ils reçoivent, en plus des cours habituels, des cours de français et de musique en anglais.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.